Autistic Protection International Force

website and concept under construction - draft version - created 24 july 2016

contact@autisticprotection.org

 

 

France :

Marian Giacomoni :
(aka "En quête de déclics" ou "EQDD")
(voir aussi ses 'fameux' clips Youtube)

 

8/ Entraves à la liberté d'expression :

- Témoignage : Eric Lucas
2014-2016 : Pressions de toutes sortes pour faire retirer les publications d'Eric Lucas réservées à ses "amis" sur Facebook,
qui dénonçaient les agissements de Marian Giacomoni, dans le but d'avertir et de protéger la communauté autistique,
afin de diminuer le risque de tomber dans les pièges et stratagèmes de ce personnage.
24/07/2016 : Suppression des publications d'Eric Lucas par Facebook
24/07/2016 : Republication des "posts" supprimés, ci-dessous, en tant que "nouvelle chance pour la liberté d'expression".

 

* Problème Marian / EQDD * PARTIE 1 SUR 3
Message pour les victimes et futures victimes de ce personnage, et pour l'information de la communauté autistique française en général.
Je suis navré mais je suis obligé de revenir sur ce problème.
1/ Motifs :
- Quelqu'un qui sait et qui ne dit rien, couvre par un silence coupable.
- Je suis convaincu qu'on a là un vrai problème (toutefois moins grave que celui imposé par la psychiatrie et le lobby médico-social).
- Je suis pour la liberté d'expression, tant qu'elle ne nuit pas à la sphère privée, liberté sacrée de la personne ; or ce que l'on peut reprocher à Marian est de l'ordre de l'associatif, de son influence et de ses agissements publics, dès lors je me demande bien au nom de quoi je n'aurais pas le droit de dire ce que je pense.
- Oui ce que je dis est de nature à nuire à sa "réputation", et alors ? (Il appelle ça de la diffamation...)
- Le but n'est pas de nuire à quiconque (y compris à lui) mais bien de diminuer les choses négatives et nuisibles.
2/ Contexte :
- Quand j'ai créé l'association Alliance Autiste, Marian s'est très rapidement rapproché de moi (dans l'esprit "Iznogoud") et n'a pas cessé de me "prendre la tête" pour tenter de me faire penser comme lui ; jusque là, passe encore, mais ce que je ne supporte pas c'est son habitude de manipuler les gens, les faits, la vérité, toujours pour l'arranger lui et ses projets.
- Ce personnage se sert des gens comme de pions sur son échiquier personnel, il tisse sa toile.
- On me reproche de ne pas citer de faits tangibles ; si je ne le fais pas, c'est parce que souvent il n'y a pas de preuves, et ce personnage agite la menace de la plainte en diffamation à la moindre occasion (évidemment, il n'a que ça pour tenter de me contraindre à devoir étouffer la vérité).
- Ce n'est absolument pas du tout un "combat de coqs" (et j'explique ça dans mon "message pour l'année 2015" ; si je me sens obligé de m'exprimer c'est dans l'intérêt de la communauté et principalement pour atténuer le risque de nouvelles souffrances et de nouvelles victimes (principalement dans la population féminine psychologiquement fragile, ses proies favorites.
3/ Quelques faits
3a/ Avec autrui :
- Il a été viré du (magnifique) groupe "Nous les Asperger", qui (là encore) ne s'est jamais vraiment remis de son passage (une sorte d'Attila de l'autisme quoi... (personnellement je l'appelle "la Grande Plaie Nationale de l'Autisme" - c'est un peu amusant et "consolant" d'écrire ça, faute de trouver comment limiter les dégâts).
Je sais que se faire virer d'un groupe n'est pas une preuve, et d'ailleurs il m'a demandé d'intervenir auprès des admin, en me convaincant qu'il était incompris etc etc., ce que -trop bon trop con- j'ai fait. Et c'est sa manière habituelle de faire, en utilisant les influences des uns et des autres, les articles, les publications, les "j'aime", les Google rank etc. En fait il fait avec l'autisme comme il fait dans son boulot avec Google : l'important c'est d'être bien situé, d'avoir une bonne image, peu importe si c'est un château de cartes.
- Comme, quelques temps avant d'être élu membre du bureau de SAtedI (fin 2014) il a été particulièrement gentil avec moi (même en m'invitant chez lui) et en me demandant au final, très gentiment, d'écrire quelque chose pour le soutenir, en me disant "c'est bientôt l'élection du CA de SAtedI, ça m'aiderait beaucoup si tu me soutiens etc. etc. Et bien sûr, je n'ai pas pu refuser (je refuse rarement d'aider les gens).
Certes ce n'est pas que grâce à mon soutien qu'il a été élu, mais en fait il s'est arrangé pour, au fil des mois, me faire effacer ou retirer toutes les "casseroles" (ou "mines") que j'avais semées un peu à droite à gauche, suite à ses méfaits.
Résultat des courses, en se hissant, pion après pion, jusqu'à pénétrer officiellement dans SAtedI, cela lui a permis d'être choisi comme "expert" dans une étude de la HAS pour les adultes. Je ne suis pas jaloux, j'y suis aussi, et ce n'est pas du tout la question, ce n'est pas une question de personnes, il faut vraiment arriver à se mettre sa dans la tête. Je n'ai pas de besoin d'aura ou d'autorité ou ce genre de chose, pardon mais je me sens "au-dessus de tout ça".
- Etre dans SAtedI ne l'a pas empêché de créer sa propre asso en parallèle, à Lyon ; c'est son droit, mais ce n'est pas très logique... Utilise-t-il SAtedI simplement comme "outil officiel" (toujours pour lui, son statut, son prestige, son image etc.), et son asso pour y faire vraiment ce qu'il veut ?
- De toute façon, récemment il a été viré comme un malpropre par l'asso qu'il a lui-même créée ! (et qui me semble maintenant sur de bons rails)
- De même, récemment, je ne sais pas ce qu'il a trafiqué encore mais il y a eu un nouveau désastre du côté de SAtedI, son trésorier (un jeune autiste très bien et "brave") s'est retiré brutalement et même ne veut plus entendre parler, ni de Marian bien sûr, ni même de la communauté sur Internet. Dégoûté à fond, et je le comprends.
En général les "victimes" de ses agissements sont tellement ulcérées qu'elles ne veulent plus entendre parler de lui. Et donc, n'en parlent plus. Donc, pas de témoignages, donc "l'animal" continue.
Le loup dans la bergerie, vraiment.
- Je vous épargne des innombrables problèmes de "harcèlement" sur internet, généralement avec des femmes, qui finissent par développer des problèmes psy (dont évidemment il se nourrit, en les "aidant" (rappelons qu'il a fait des études de psycho...) jusqu'à ce qu'elles craquent totalement, et alors il passe à la suivante). (Je ne me hasarderai pas à m'intéresser aux liens qui font que parfois les "victimes" se retrouvent dans son lit, ce qui est de l'ordre de la sphère privée, et je ne pense pas que ce soit son but ; son but, c'est lui, lui, encore lui et toujours lui.)
Je ne connais que quelques cas de femmes ayant souffert à cause de lui, car je me tiens assez éloigné de la "communauté online" (en grande partie à cause de lui) et je ne reçois que quelques témoignages de temps à autres (tout à fait crédibles, cohérents, corroborés).
(D'ailleurs, quand on voit la quantité de "victimes", on se demande ce que fait cette personne de positif pour les autistes...)
- Bref je ne connais qu'une toute petite partie de l'iceberg, et ce n'est pas reluisant ; ce n'est pas à moi de faire le cow-boy ou le justicier de l'autisme en France, mais alors que quelqu'un me dise quoi faire... Comtempler, et voir désastre après désastre, et garder la tête dans le sable ?? Oeuvrer le plus souvent à l'étranger, et laisser mes "ami(e)s" autistes (même inconnu(e)s) à la merci de ce personnage, en préférant ne rien savoir ?...
Jusqu'au jour où une femme finira par se suicider ??...
- Si vous avez des conseils ou témoignages, ou demandes d'aide à ce sujet et si vous répugnez à me les envoyer, je peux diriger vers des interlocuteurs officiels, car franchement ce n'est pas à moi de m'occuper de ça, j'ai autre chose à faire et ça ne m'amuse pas de prendre le risque d'une plainte en diffamation. Je vous assure que j'ai réellement des choses infiniment plus passionnantes à faire (et utiles) que de m'occuper de ce type.
Mais je vois que rien ne l'arrête, donc il faut bien faire quelque chose.
Que ceux qui me critiquent fassent à ma place, avec grand plaisir...
3b/ Avec moi :
- La encore je ne vais pas faire la longue liste du feuilleton des problèmes avec lui, crises de nerfs de ma part, puis vagues réconciliations pour me faire à nouveau manipuler et ainsi de suite.
- Je précise tout de même qu'en novembre ou décembre 2014, suite à une maladresse malheureuse de ma part avec une personne autiste à Paris (ou plus précisément sur Facebook), il s'est engouffré dans la brèche, et me demandant non seulement de faire des excuses publiques (que j'ai faites) mais en en profitant pour me dire quelque chose du genre "tant qu'à faire, tu devrais aussi contacter tous les gens à qui tu as dit du mal sur moi, pour rectifier"... Alors qu'il n'était aucunement impliqué dans le souci en cours... Ca donne une idée des méthodes du personnage. Bien sûr je n'en ai rien fait. Et en plus, c'est ridicule : comment voulez-vous que je me souvienne de ce que j'ai dit, et à qui ? Et en plus ce ne serait pas crédible.
Mais avec lui, c'est la réécriture permanente de l'histoire, c'est "1984", c'est la déformation de la vérité, tout le temps, c'est insupportable.
- Le "triple-mensonge"
A présent je vous livre juste "le pire", c'est à dire ce que je ne voulais pas dire jusqu'à maintenant.
Il y a eu un moment (en mai ou juin 2014) où j'ai vraiment été obligé de le rejeter avec pertes et fracas, lorsqu'il a fait l'erreur fatale de me menacer en me demandant ce qu'il appelle un "démenti" pour me faire corriger une description que j'avais faite de ses dires (idiots) à propos de l'une de nos membres, que j'avais évidemment fidèlement relayés à l'intéressée (dans le souci de transparence qui m'anime).
Pendant plusieurs jours, ce personnage me faisait rédiger des emails rectificatifs, en me manipulant pendant des heures.
Par exemple, on "relisait ensemble" mes emails "d'excuses" (qu'il arrivait à me convaincre de faire, car il est très très fort), et en modifiant détail après détails, à chaque passage (relecture) on en arrivait parfois à me faire dire le contraire de ce que je pensais.
Moi, bonne poire, j'envoyais les messages (fatigués au bout de plusieurs heures comme ça la nuit), mais le matin, en relisant, je voyais que ce n'était pas la vérité, donc je renvoyais des emails à mes collègues, pour rectifier.
Il se peut même que j'aie écrit que c'était Marian qui m'avait influencé.
Evidemment le résultat était catastrophique pour lui (et aussi pour notre petit groupe naissant à Lyon, d'ailleurs, puisqu'ils étaient las et parfois effrayés par toutes ces histoires - d'ailleurs l'AA ne s'est jamais vraiment relevée de la capacité monumentale pour semer la zizanie par ce personnage, par quelques petites remarques faussement naïves et savamment placées).
Donc au bout d'environ une semaine de ce manège, à un moment il a craqué.
Je vais donc maintenant vous dire ce que je n'ai jamais dit en public), et Marian tu pourras porter plainte pour diffamation contre moi, mais au moins les gens sauront, et probablement me croiront, plus que toi.
Donc, un soir, il me contacte en me disant (oralement) "Ca va être ta parole contre la mienne" (mot pour mot). Je réponds "quoi ??...." (je trouvais que c'était plutôt un langage de voyous, et généralement il ne parlait pas comme ça, mais avec sa mielleuseté habituelle).
Il me dit "Il faut que tu publies un démenti" (par rapport à toute l'histoire en question). Déjà le mot "démenti", en tant qu'autiste, me pose problème (cf. le sens du dictionnaire, "dé" "mentir") signifiant que ce "démenti" impliquait qu'alors j'aurais menti ! (vous pouvez me trouver tous les défauts du monde, mais pas ça - même si parfois on n'a pas le choix, mais dans l'autisme, jamais.)
Donc il me dit "soit tu expliques que tu as mal compris, que tu t'es trompé, que tu as confondu, soit c'est moi qui serai obligé de le faire, en disant que tu as tout mélangé, que tu as inventé etc.".
Là mon sang n'a fait qu'un tour, et je l'ai envoyé se faire f. !
Me dire ça, à moi !! Qui ne supporte pas le mensonge, et il le sait (combiend e fois on s'est pris la tête ; il tentait de me ridiculiser car je n'accepte pas ce qu'il appelle "les pieux mensonges"... mais il est où l'autisme là ??? on est dans la défenses des autistes, des personnes vulnérables, des enfants exploités, ou on est dans des discussions de marchands de tapis ????
Car en somme, il voulait :
1- que je mente (en disant des choses que je savais ne pas être vraies) ;
2- faute de quoi il aurait menti ;
-- en disant que j'avais confondu ou (3) inventé (autrement dit, menti) !
C'est pour ça que je parle de "triple mensonge" (même si pour le 3 c'est pas sûr).
En plus de ça, pas de bol pour lui (comme quoi par moments il n'est pas si malin), il y a un témoin de la conversation qu'on avait eue, à 3, lors de laquelle il s'était plu à inventer des billevesées sur la personne en question. Et ce témoin, tout le monde le connaît dans la communauté internet.
Voilà donc les quelques mises au point que je tenais à faire, car je constate qu'à force de retirer ce que j'explique, personne ne comprend ce qu'il y a, et de nouvelles personnes débarquent et ne se doutent de rien.
Il arrive un moment où il faut crever l'abcès.
Je sais que tout ça me dessert auprès des personnes qui ne me connaissent pas, qui ne peuvent pas savoir à quel point je suis sincère et altruiste, et qui ne verront là (comme pour les autres fois) qu'une ennième de ces guéguerres sur Facebook, qui polluent tout.
Mais qu'est-ce que je peux faire ?
Ce silence n'est plus tenable.
Et puis ce n'est pas vous qui avez à gérer les situations de GRANDE détresse entraînées par ce personnage. Je ne peux pas trop parler de la dernière, car elle n'est pas finie, mais c'est allé vraiment loin, croyez-moi.
Il y a un loup dans la bergerie, qui se fait passer pour une blanche brebis.
Il faut le savoir.
Maintenant, à vous de vérifier.
Libre à chacun de croire ce qu'il veut, de penser que j'exagère.
Mais "ceux qui savent" (qui ont percé le personnage) savent que mes propos sont fidèles et en tous cas sincères.
---------------------------
Maintenant je recopie ci-dessous mon message Facebook de juin ou juillet 2015, qui avait fait des vagues et que j'avais enlevé, chose que je n'aurais pas dû faire, car en le laissant cela aurait assurément évité bien des souffrances à certains et surtout certaines.
A quoi çà sert d'aller se battre pour les autistes "en haut lieu", si sur le terrain on se contente de fermer les yeux sur un tel problème ?
Telle est la logique qui me pousse à écrire tout ça, quels que soient les risques.
Je précise que c'est une démarche personnelle sur ma page Facebook personnelle, et que je j'ai pas consulté mes collègues, qui sans doute préfèrent rester épargnés d'une affaire aussi "venimeuse", et je les comprends ô combien.
J'endosse seul et personnellement la responsabilité de ce que j'écris.
J'aimerais pouvoir dissocier ma page perso FB de la page AA, c'est à dire en transférant les centaines d'amis FB sur la page AA, mais je ne sais pas comment faire. Je gère très très mal FB.
Toute aide ou conseil sont les bienvenus. eric.lucas@autisticalliance.org
Le message ci-dessous est "très énervé"... on a le droit d'être irrité, et de le dire.
Si c'était à faire maintenant je ne le ferais pas comme ça, mais bon voilà.
En tous cas de personnage fait vraiment perdre un temps fou à pas mal de monde.
Et comme destructeur de sérénité, il est puissant.
Or, la paix de l'esprit, c'est fondamental pour les autistes.
Et j'en ai assez de me coltiner ce problème tout seul, avec juste un "public" qui compte les points, sans se mouiller (à part quelques commentaires de soutien, heureusement).
Je fais ce que je crois devoir faire comme "lanceur d'alertes", avec toutes les maladresses qu'on peut y trouver, les intentions (fausses) qu'on peut aller imaginer derrière etc, mais maintenant ce n'est pas à moi de tout régler, et je prie toute personne souhaitant faire quelque chose d'oser le faire. Même sans m'en parler.
On est des adultes quoi, il ne faut pas hésiter à se révolter, contre tout ce qu'on nous fait "de l'extérieur" et a fortiori "de l'intérieur" (terrain de jeu ou de chasse trop facile - et il n'y a pas que Marian mais lui c'est incontestablement le pire).
(je suis obligé de faire un deuxième post car l'ensemble est trop long, refusé par le système)

------------------------------------------------------------------
MESSAGE DU 23/07/2015 (et commentaires et précisions) :


Eric Lucas
18 juillet, 13:02 · Modifié ·
P.S. : "Avertissement à propos de mon avertissement"
Ce qui suit est mon opinion personnelle (ce n'est pas un communiqué associatif), et vu le caractère très sensible de l'affaire je ne peux pas apporter plus de détails probants de manière publique.
Ceux qui ne me connaissent pas et/ou qui ne connaissent pas Marian auront des doutes légitimes sur ce que je dis (et donc j'assume ce risque).
Ceux qui le connaissent en auront beaucoup moins.
Ceux qui me connaissent savent qu'ici je ne parle pas à la légère, et que si je sors de mon silence c'est parce que je m'y sens obligé, faute de quoi je cautionnerais, "par défaut".
Mon message est un avertissement, pas un procès public.
En espérant que cela le calme dans ses menées, et que justement on n'en arrivera pas là.
Je voudrais qu'on s'intéresse davantage au problème, qu'à l'abrupteté de la personne qui met le doigt sur le problème.
Par dessus tout, je ne pense qu'il n'est plus tenable que les autistes soient incarnés par un "guignol" (surtout à un tel niveau) et mon but est que cette mascarade commence à être comprise, puis à décroître.
Merci.
------------------------------------------------------------
Je tiens à renouveler l'expression de ma grande préoccupation et ma mise en garde au sujet de Marian Giacomoni.
Ce message est mon opinion personnelle, il est public, partageable, et je l'assume.
Ce personnage a réussi à s'infiltrer au comité de pilotage d'une consultation relative aux autistes adultes, à la HAS, ce qui fait que les aspects biaisés et potentiellement nocifs de sa participation pourraient influer sur les recommandations officielles qui en découleront, ce qui peut être grave pour les autistes.
Même en imaginant que son action pourrait aller dans le sens de la défense de nos intérêts, je trouve qu'il y a quelque chose de particulièrement incohérent (pour ne pas dire indécent) à être représenté et défendu par une personne utilisant des stratagèmes non-autistiques, et surtout à voir un personnage non-altruiste défendre une cause collective.
Je ne suis pas du genre à passer mon temps à me lamenter ou à faire des "procès d'intentions", en essayant de supputer quel mal pourrait faire untel etc ; tant que les personnes jugées "polémiques" se contentent de s'exprimer sur Facebook ou ailleurs, pourquoi pas, et on n'a pas le droit de s'ériger en censeur.
Mais lorsque les personnes égocentriques arrivent à prendre en main un vrai levier pour -comme trop souvent- utiliser les autistes pour leurs propres intérêts ou pulsions personnelles, je crois qu'il faut être réaliste et ne pas négliger le problème, sous prétexte de principes de bienveillance et de liberté d'expression.
J'ai retiré, en mars ou avril, ma très longue et très virulente tirade personnelle contre ce personnage, que j'avais postée ici début janvier en raison des aspects extrêmement manipulatoires et fourbes de ses agissements, qui ne me semblent pas ni dignes ni représentatifs des personnes autistes.
Je peux néanmoins la transmettre, en privé, aux militants justifiant d'un réel motif pour en prendre connaissance (et non par curiosité).
Je ne sais pas exactement ce qu'il dit et fait à la HAS, mais il semblerait -pour le moins- qu'il défende le concept de "désinstitutionnalisation" (dont je suis un ardent apôtre - et connaisseur), ce qui est tout de même positif.
Je pense que son désir de "rééduquer les autistes" est potentiellement néfaste dans son approche, et qu'il ne comprend pas vraiment de quoi il parle, mais que par contre il assimile bien les leçons, qu'il répète.
A ma connaissance, personne n'a jamais vu son ou ses diagnostics d'autiste.
Il l'est peut-être, mais il est surtout "autre chose en plus", d'après moi et de nombreux témoignages.
Beaucoup de personnes ayant été harcelées par lui savent de quoi je parle.
Il est champion pour servir ses intérêts, mais aussi exceptionnellement doué pour semer la zizanie très adroitement et discrètement, en un rien de temps, lorsque cela l'arrange. S'il vous flatte, c'est parce que vous avez un pouvoir, un potentiel ou une utilité pour lui (que parfois lui seul connaît ou suppose).
Ne serait-ce que pour agrandir sa "cour", nécessaire à l'entretien et à la consolidation du grand château de cartes de son image, qui est la chose la plus importante pour lui. L'image de lui-même, c'est une chose. Lui-même, une autre. Tant qu'on n'a pas compris ça et qu'on mélange les deux, impossible de s'y retrouver. Surtout que tout est fait pour que son image masque sa véritable personne, évidemment.
Je pense néanmoins que personne n'est totalement mauvais, et c'est sur cette base que j'avais accepté sa collaboration dans l'Alliance Autiste naissante, il y a plus d'un an.
Après qu'il eût "tenu mon cerveau" pendant un mois, j'ai réussi à m'en dépêtrer, salutairement, lorsqu'il a fait l"énorme erreur de vouloir me menacer (dans une discussion privée), et sur la base du mensonge, en plus ! Et pas rien qu'un peu.
Ce monsieur et moi, nous avons en effet des positions diamétralement opposées sur le principe de la sincérité, et c'est vraiment là qu'il y a un gros problème..
Et j'allais dire "et aussi de l'altruisme", mais pour que nos conceptions soient opposées là-dessus, il faudrait au moins qu'il ait accès à cette notion, ce qui lui semble totalement impossible, à cause de ce que je perçois comme un hyper-égocentrisme maladif reposant sur des choses qui lui sont intimement personnelles et que je ne souhaite pas évoquer ici, par respect de sa vie privée.
Il y a quelques mois encore, je lui ai écrit, plusieurs fois, pour tenter de renouveler le dialogue (je suis un acharné de la recherche d'entente) ; il a répondu une fois, en disant qu'il était heureux de ma démarche et qu'on allait faire des choses bien ensemble (je ne sais pas pourquoi...) puis plus rien...
Après avoir percé le personnage, je me demande bien de quoi on pourrait parler : d'un côté je lui demanderais de ne plus être fourbe (ce qui semble difficile) et d'un autre côté il profite de chaque discussion pour adroitement tenter de me retourner le cerveau, de me faire retirer des écrits qui vont contre son image, etc. etc. ; je suis fatigué de tout ça et j'ai essayé plusieurs fois d'optimiser les choses, sans succès.
Cette personne a malheureusement commencé par s'insérer chez SAtedI (après avoir été rejetée comme il se doit de l'Alliance Autiste et de divers groupes Facebook).
Puis, peut-être parce qu'il n'a pas réussi à être suivi dans ses ardeurs chez SAtedI, il a créé sa propre association...
Encore une fois, je pense que tout n'est pas mauvais, et je respecte (et aurais presque envie de plaindre) les personnes qui le suivent.
Le souci réside dans la différence entre les apparences, et la réalité profonde.
Les apparences cultivées par ce personnage peuvent être facilement trompeuses pour de nombreuses personnes autistes naïves, ou pour des services administratifs.
Et même pour des autistes peu naïfs, mais qui se laissent prendre dans sa toile (comme je l'ai été au début).
Je pense que ses motivations profondes (conscientes ou pas), qui visent à lui donner le sentiment d'exister et d'être "pur comme un autiste" (si on me pardonne le côté très simpliste de la comparaison), sont tout à fait différentes des buts qu'il expose, et de son enveloppe lisse et mielleuse.
En somme, ce monsieur joue à "faire comme si", mais il le fait en entraînant la communauté autistique dans son sillage, car plus il y a de monde qui le suit et plus il a l'impression d'exister et d'être dans le vrai et l'authentique, pour juguler la "grande illusion" dont il est forcément légèrement conscient quelque part.
Je sais qu'il lira ce message et que celui-ci lui déplaira (il aime me menacer pour "diffamation") et qu'il le fera savoir, à moins qu'il n'use de l'une de ces "stratégies" retorses dont il a le secret, ce qui risque d'être un peu moins facile après avoir lu ce paragraphe.
Il sait que je ne publierai plus de ces "démentis", "excuses publiques" et autres réécritures de l'histoire, qu'il affectionne et qui font partie de son fonctionnement, reposant essentiellement sur l'illusion.
Pendant que ce monsieur fignolait savamment les manoeuvres nécessaires pour enfin monter sur le bateau administratif tranquille qui écrase les autistes (souvent par ignorance), nous à l'Alliance Autiste nous étions trop occupés, dans la tempête, pour défendre avec un souci de droiture et d'altruisme la cause des autistes de France, comme par exemple avec le rapport au Comité des Enfants de l'ONU préparé par Magali, et très apprécié, ou encore avec l'affaire Timothée (qu'il a rejointe, à mon invitation ("trop bon trop con") au début, puis qu'il a lâchée lorsque cela ne l'arrangeait plus.
Même si mon message peut paraître de l'ordre de la "géguerre personnelle" aux néophytes, il n'en est rien, car j'ai vraiment autre chose à faire ; et si j'ai décidé d'écrire ceci c'est d'abord parce qu'il y a tromperie et donc un danger potentiel : pas pour moi, mais pour tous. Moi ça ne m'arrange pas du tout d'écrire tout ça, mais alors vraiment pas : ce n'est que des problèmes à venir, et des coups à prendre de la part de ceux qui le suivent comme hypnotisé.
Je pense que cette personne n'a rien à faire à la HAS, et que c'est la pire des ignominies et des absurdités (si l'on excepte tout ce qui existe déjà, évidemment, comme l'exploitation et la détention des autistes etc.).
J'invite le lecteur ou la lectrice à se renseigner, à réfléchir, à agir et à soutenir (pas juste par des "like...") les militants sincères (chez nous ou ailleurs) et à ne pas se laisser leurrer par un emballage dont l'aspect agréable et le "marketing" cachent efficacement des visées purement personnelles venant d'un appétit égocentrique insatiable né d'un immense vide intérieur, d'après moi.
Pour ma part, et quel que soit le prix à payer, je m'opposerai farouchement, non pas à ce personnage ("ad hominem"), mais à toute menée de sa part nuisant aux autistes, ce qui est fatalement à craindre avec une telle approche non sincère, tordue, antinomique.
Et je ne cesserai de m'élever contre le principe fondamentalement injuste d'être représentés par une personne aussi fausse. Tout cela n'a aucun sens.
Nous sommes déjà bien assez écrasés de toutes parts, pour ne pas devoir, par-dessus le marché, accepter sans broncher d'être encore entraînés par un tel "trou noir" (désolé mais c'est ce à quoi il me fait penser).
Ceci est mon opinion personnelle, mon intime conviction, reposant sur des relations suffisamment importantes et soutenues avec cette personne (dans une époque passée dont le souvenir me fait apprécier avec soulagement et bonheur le fait d'être enfin totalement à l'abri de son influence).
Bon courage à nous...
Pour toutes remarques, merci de ne pas le faire par Facebook (car je ne les verrai guère) mais par email à eric.lucas@autisticalliance.org


voir suite sur post "PARTIE 2 SUR 3"


* Problème Marian / EQDD * PARTIE 2 SUR 3
Message pour les victimes et futures victimes de ce personnage, et pour l'information de la communauté autistique française en général.


----------------------------------------------------


MESSAGE DU 23/07/2015
POINT DE VUE PERSONNEL ET AVERTISSEMENT A PROPOS DE MARIAN GIACOMONI
Table des matières
POINT DE VUE PERSONNEL ET AVERTISSEMENT A PROPOS DE MARIAN GIACOMONI
AVERTISSEMENT
NATURE DE CE MESSAGE
CE QUI EST VISE PAR CE MESSAGE
BUTS DE CE MESSAGE
PRECAUTIONS
CE QUI M'A FAIT SORTIR DE MA RESERVE
LES DIFFERENTS TYPES DE LECTEURS DE CE MESSAGE
DESCRIPTION DES PROBLEMES
CONTEXTE
INCOHERENCE FONDAMENTALE
LA NOTION DE LIMITE A NE PAS FRANCHIR
HYPOTHESES
SUGGESTIONS


AVERTISSEMENT
J'ai dit que j'allais écrire un texte plus "propre" et finalement plus "diplomatique" que le précédent (d'il y a cinq jours)… Mais quand je relis l'ancien, finalement je ne sais pas si le nouveau (ci-dessous) n'est pas encore plus "dur et explicite" (même si j'essaie vraiment de respecter Marian, mais comment respecter ce que je perçois comme le "mensonge subtil personnifié" ?).
Ca me le fait à chaque fois avec Marian, quand j'essaie d'adoucir un peu. Plus j'essaie et plus ça déborde, au contraire. Je crois que ce personnage me perturbe vraiment, et c'est pas bon signe.
Je suis une personne extrêmement sensible, sensitive et intuitive, comme beaucoup d'autistes.
Par respect je ne peux pas écrire qu'il me "fait gerber", mais il y a quand même une sorte de "graphorrhée" (comme une diarrhée de mots) chaque fois que je m'exprime à son sujet.
Je ne peux pas gérer tout seul le débat sur Marian, s'il doit y en avoir un.
Voici mes pensées, ci-dessous… Chacun en fera ce qu'il veut.
Au moins j'aurai prévenu.
Si je me trompe, tant mieux pour nous tous (s'il est moins "maléfique" que ce que je ressens).
Si je ne me trompe pas, eh bien espérons que l'avertissement aura son utilité.
Je sais que le texte est encore assez confus mais je n'ai vraiment pas le temps de faire mieux, et j'en ai déjà consacré beaucoup, je fais ce que je peux.
J'ai dit ce que j'avais à dire, j'espère que ça sera utile, mais maintenant je vais m'occuper de choses moins pénibles. Merci.
NATURE DE CE MESSAGE :
Ceci est :
- Un message écrit à titre personnel (et non pas au nom d'une association ou d'un collectif), public, partageable, et dont j'assume personnellement et seul les conséquences ;
- L'expression d'une grande préoccupation ;
- Une mise en garde ;
- Mon opinion, mon point de vue personnel (pas un procès public) ;
- Un "petit coup de pied dans un solide château de cartes" ;
- La correction de mon message spontané d'il y a 5 jours, qui disait la même chose mais de manière moins claire, et qui ne tenait pas compte des risques de confusion et d'incompréhension.
(Cette correction tient compte des critiques et objections formulées, dont je remercie les auteurs – l'amélioration est ma seconde nature, et je regrette d'avoir été trop abrupt, sans pour autant regretter le fond de ce que j'ai écrit.)
(Les personnes ayant contribué à la version précédente par leurs commentaires peuvent recevoir une copie de l'ensemble des échanges, en me la demandant)
(Pour me joindre, le mieux est l'email : eric.lucas@autisticalliance.org – je ne vois pas toujours les messages privés, et encore moins les commentaires)
CE QUI EST VISE PAR CE MESSAGE :
- La représentativité, le comportement et les agissements de Marian Giacomoni (alias "EQDD"), dans le domaine du militantisme pour la cause des autistes en France
BUTS DE CE MESSAGE :
- Partager une inquiétude avec des personnes que je ne connais pas encore mais qui ont une connaissance de la situation, pour confirmer ou infirmer des aspects de l'analyse, grâce à leurs réactions
- Mettre en garde contre des risques potentiels, dans le but de mieux s'y préparer et si possible de les éviter
- Que ceux qui le peuvent encore se "réveillent" de leur illusion, ou au moins s'interrogent au sujet de Marian
- Il n'y a pas d'intention "d'attaquer" et encore moins de "diffamer" : il ne faut pas confondre les buts avec les conséquences : les inévitables désagréments, frictions, ressentiments et autres résultant de mon intervention n'auraient aucun sens si cela était juste un but. Je pense qu'on est "entre grandes personnes" et je ne m'intéresse pas à la notion de "faire du mal pour faire du mal". On a déjà bien assez de problèmes comme ça, j'ai des occupations et passions qui m'intéressent beaucoup plus que tout ça, donc "faire souffrir" Marian ne m'apporte rien du tout, vraiment.
Il ne faut pas confondre "attaque" et "défense", mais ceci est rendu difficile dans la mesure où le "danger" ou du moins le "problème" est très bien masqué, et que peu de gens s'en rendent compte.
PRECAUTIONS :
- Ce n'est pas une "querelle personnelle" ou une bataille d'egos (notamment parce que je pense que les egos doivent rester à l'écart des combats altruistes - et c'est ce que je m'efforce de faire à mon sujet).
- Ce n'est pas une question de lutte de pouvoir (et encore moins de jalousie), car le comportement et les agissements incriminés n'interfèrent pas et ne nuisent pas à ce que je m'efforce de faire pour aider et défendre les personnes autistes de mon côté, et aussi parce que je ne recherche pas les honneurs ou le pouvoir (mais simplement l'efficacité et la justice).
- A ceux qui me répondraient qu'ils ne voient pas pourquoi je fais ça, s'il ne me dérange pas personnellement, je répondrai que justement le nœud du problème est le mélange de l'intérêt individuel dans le "combat" altruiste : la défense des autistes ce n'est pas la défense de moi-même, j'essaie de me mettre à la place des autres et de voir ce qui est bon pour eux. Si je voulais juste mon intérêt personnel, je ne me consacrerais pas du matin au soir dans la "bataille pour les autistes" (et ce texte en fait partie), qui n'apporte que des difficultés, des avancées très lentes, et aucun effet bénéfique pour moi en tant qu'individu.
- Je vais m'efforcer de ne pas tomber dans l'atteinte "ad hominem". Bien qu'il soit difficile de séparer les comportements et agissements de la personnalité de leur auteur, je pense que toute personne doit être respectée en tant que telle, même si l'on désapprouve fortement ce qu'elle fait et même si l'on pense devoir s'y opposer.
C'est pourquoi je résisterai (difficilement) à la tentation de comparer cette personne à une sorte de "guignol", et que j'essaierai plutôt de considérer les choses de manière "désaffectivée". C'est vraiment pas facile mais je vais faire de mon mieux…
- Réflexion d'ordre "humain" : mon message est forcément blessant pour Marian (et pour ceux qui le soutiennent) mais évidemment ce n'est pas le but. Pour moi, dans la vie il y a des priorités. On n'est pas là pour faire plaisir (ou pas plaisir) à Marian ou à un autre individuel, mais pour défendre une communauté : celle des autistes. Des difficultés et frustrations personnelles en résultent : il faut faire avec, et ne pas s'interdire de faire ce qu'on pense être juste, simplement à cause des contrariétés en résultant. Ceci est une des causes de la déchéance de la société, du non-autisme, et je refuse de tomber dans ce piège.
Ceux qui me connaissent savent que je n'éprouve aucun plaisir à faire souffrir les gens (bien au contraire), et heureusement c'est rarissime, et d'ailleurs Marian ne m'a jamais intentionnellement fait souffrir (en dépit de cas franchement pénibles de "harcèlement", et de "prise de tête" (dans le sens "lavage de cerveau") mais je pense qu'il n'y peut rien et que ce n'est pas volontaire).
Donc, nulle histoire de "vengeance" ou de "gamineries" dans tout cela.
- Rien ne prouve que Marian n'est pas autiste.
D'un côté j'ai des doutes puisqu'il a toujours éludé la question de son certificat médical (mais c'est son droit et il a peut-être ses raisons, sauf que ça ne sert pas sa crédibilité).
Par ailleurs, connaissant le côté profondément calculateur et imitateur de "l'animal" (je dis ça gentiment), il ne lui est pas bien difficile de s'imbiber de "personnage autistique" et de fausser les tests (ce n'est pas une accusation ni une insinuation, mais une hypothèse selon moi plausible).
En revanche, si l'on étudie les choses de manière globale, avec beaucoup de recul, et en recoupant des témoignages, il semble ressortir de sa façon d'être… comme une sorte d'aveuglement ou de "force gravitationnelle" qui peut-être le dépassent, ce qui pourrait être compatible avec l'autisme.
Je sais que je n'ai pas toutes les compétences ni les droits requis pour me livrer à ce genre d'analyse, mais la situation fait que je suis bien obligé de m'interroger, et le faire en public est une manière de discuter et de recevoir des avis, qui permettent peu à peu d'avoir une idée plus juste de la personne (et s'il voulait faire parler de lui, assurément il a déjà gagné au moins sur ce point, mais ça me paraît inoffensif).
Par conséquent, s'il est autiste (et il a le bénéfice du doute) il ne m'est pas possible de "m'acharner" sur lui et de le rejeter, ce qui serait incompatible avec une démarche globale d'aide aux autistes.
Ce qui n'empêche pas que la bienveillance n'est pas une raison pour ne pas s'opposer à ce qu'on pense être "n'importe quoi", incohérent, et potentiellement néfaste.
- De mon point de vue (qui n'engage que moi), le comportement de Marian est le plus gros "problème interne" des autistes (à ma connaissance, évidemment).
Je ne parle pas des problèmes liés à certaines grosses associations de parents (ce qui est un vaste sujet, qui sera abordé plus tard, pas ici).
Et bien sûr, nous avons des problèmes infiniment plus importants avec les "institutions", services publics, psychiatres, lobby médico-social etc.
Mais le fait d'avoir de gros problèmes n'interdit pas d'essayer de régler (ou au moins de montrer) des problèmes moindres, surtout si l'on pense être l'un des rares à pouvoir le faire.
CE QUI M'A FAIT SORTIR DE MA RESERVE :
- Le fait que Marian se soit arrangé pour faire partie du comité de pilotage de la consultation "autistes adultes" de la HAS, et qu'il y soit accepté.
Parce que le mécanisme de son comportement et de ses agissements me paraît fondamentalement opposé à la nature authentique de l'autisme (sincérité, spontanéité…) ; parce que donc cela me semble incohérent et indigne de la représentation, de la représentativité et de la défense des autistes, et parce que je suis convaincu que les atteintes à la vérité (la fausseté, les jeux de rôle) entraînent fatalement des problèmes tôt ou tard.
En résumé, parce que tout ça me semble totalement absurde, un non-sens, une comédie, qui n'a pas sa place à un niveau aussi important et décisif pour toute une communauté.
Là il ne s'agit plus de plaire à un public sur Internet, c'est sérieux : on sait à quel point les recommandations de la HAS sont souvent notre seule arme.
Et qui va nous représenter pour défendre notre cause ?
Le moins authentique des autistes (et par conséquent le plus habile socialement). Ca ne tient pas.
- Etre conscient (à tort ou à raison) d'un problème, et ne rien en dire (juste "pour ne pas avoir d'ennuis"), cela ne fait pas partie de mes convictions.
Tout le monde peut s'exprimer ; et ma parole ne vaut pas plus, pour chacun, que l'importance qu'il lui accorde. Mais je ne veux pas que ceux qui accordent de l'importance à ma parole croient que je considère ce problème comme négligeable.
"Qui ne dit mot consent". Je suis intimement révolté par cette situation, et il arrive un moment où il ne m'est plus possible de rester sans le faire savoir.
Il ne serait pas cohérent d'aller "se battre" en haut lieu (ce que je fais en association avec mes collègues), pour des résultats à long terme, tout en ignorant ou en négligeant des manœuvres que j'estime tordues, artificielles, inappropriées.
Les autistes authentiques ne manquent pas, et ce sont eux qu'il faut aider à nous représenter, au lieu de faire la politique de l'autruche et de laisser le champ libre aux habiles maniganceurs.
- Je sors de mon silence avec une certaine violence (comme un "réveil en sursaut") d'autant plus forte que je regrette d'avoir supprimée, en mars ou avril dernier, ma virulente mise en garde de début janvier, qui aurait pu contribuer à "contenir le problème" (l'emballement de l'envahissement)
LES DIFFERENTS TYPES DE LECTEURS DE CE MESSAGE :
(Marian, qui adore qu'on parle de lui, peut me remercier de lui reconnaître tant d'importance que j'en arrive à faire une sorte de "classification par affinités marianesques"…)
- "LA COUR"
Il s'agit de sa "cour", c'est-à-dire ceux (et surtout celles…) avec qui le "charme" a bien pris, et qui n'ont pas encore eu l'occasion de devoir "gratter le vernis".
L'illusion est confortable, et d'ailleurs ce sont souvent des personnes un peu comme lui, qui vivent plus ou moins dans l'illusion.
Ces personnes sont "sous emprise", et bien sûr dans le déni en lisant ces lignes.
Ce sont ceux (et celles !) qui s'offusquent, en lisant ma prose directe et dépourvue des mielleusetés en vigueur à la Cour, et qui volent à son secours.
Je les respecte, puisqu'elles croient bien faire, et puisqu'elles sont des "victimes" de ce que je résiste trop mal à appeler "Marian l'Enchanteur".
Franchement, si Marian et ses affidés trouvent leur équilibre comme ça, a priori il n'y a pas de mal, et c'est même presque rigolo (sauf quand les "victimes" sont plus ou moins manipulées, ce qui semble tout de même rester dans les limites du raisonnable).
Moi-même, au tout début, quand il est sorti de son "cocon" en commençant par venir me voir, j'ai fait partie de son "premier cercle", pendant un mois. C'est dire sa redoutable capacité à convaincre et à "hypnotiser". Et c'est dire aussi à quel point je sais de quoi je parle, puisque j'ai assisté à la "naissance de son personnage dans le monde de l'autisme en France", en direct, de près. Certes il était très gentil avec moi, adorable même.
L'image du calife et du grand vizir de la BD bien connue s'impose à mon esprit.
Ca, c'était le début. Avec forcément des maladresses et un gros dérapage, lors duquel le masque est tombé mais totalement, et là ce n'est plus du tout la même musique.
Tu te souviens, Marian, quand tu m'as dit "Ce sera ta parole contre la mienne…" ? (Je continue ?...)
Heureusement je ne suis pas très inquiet, si un jour on devait comparer nos sincérités.
- Je ne peux pas relater l'incident en public (surtout parce que c'est du privé et parce que je n'ai pas de preuves), mais c'est là que j'ai vraiment compris.
Et c'est dommage de ne pas pouvoir tout révéler, ce qui ferait économiser beaucoup de lecture et de perte de temps.
Mais si ça s'aggrave je suis prêt à prendre le risque d'une plainte en diffamation, et à tout balancer. Même si je dois payer ensuite, au moins les gens sauront, et je suis certain que la plupart me feront confiance.
- "LES SYMPATHISANTS"
Marian fonctionne en élaborant un système artificiel (un peu comme une araignée tissant sa toile, lentement). Il utilise l'un des défauts de la société : la notoriété basée non sur le mérite mais sur la notoriété elle-même. Autrement dit, le nombre de votes, d'adeptes. Plus il y en a, plus on se dit "ils ne peuvent pas tous se tromper". Exactement comme dans le problème que nous avons avec la société non-autistique : l'illusion de légitimité conférée par le nombre, à cause de la confusion générale faite entre le résultat d'un vote (la majorité gagne) et la justesse de ce résultat (le bien fondé de la décision commune). Je pense que tout autiste qui souffre d'une société absurde ne se justifiant que par la "loi des plus forts car les plus nombreux" doit voir un peu de quoi je parle.
Déjà rien que là le procédé me semble détestable : comme peut-on faire confiance et être défendus par un personnage tout en paillettes, qui utilise les mêmes ficelles que celles qui nous font souffrir ?
Quand on n'a pas les compétences, on fait semblant… Et malheureusement, dans notre société, l'illusion marche.
Cela dit, au point où on en est, à la limite je dirais que s'il a ou s'il développe ce qu'il faut pour nous aider vraiment (au lieu de jouer un rôle), pourquoi pas. Peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse.
C'est ce que je me suis dit pendant longtemps (même après notre premier "clash") en essayant d'être pragmatique. Seulement quand on cherche le concret et l'utile, faut vraiment chercher. Espérons qu'il s'est amélioré, et surtout qu'il est devenu sincère… (Je ne sais même pas si c'est possible…).
Bref, pour bâtir son "château de cartes", il a besoin de… cartes.
Et les cartes, eh bien c'est la plupart d'entre vous (généralement à votre insu).
Tout le monde sait à quel point il passe son temps à demander des soutiens, des votes, des like etc.
Sa "notoriété", c'est sa raison de vivre, son intérêt restreint principal, d'après moi. Il gère sa notoriété exactement comme on fait pour monter dans le classement Google (je rappelle que ça fait partie de ses compétences professionnelles). Ca crève les yeux et je ne prends pas beaucoup de risques en assenant cette évidence.
Pour tout cela, il faut des gens. Le plus possible de gens.
On me dit "mais il est très gentil, il est si aimable, etc. etc."… Evidemment ! Il fait tout pour cultiver et accroître "son peuple", il a besoin qu'on l'aime… que ce soit en vrai, ou juste par des "like", c'est toujours bon à prendre et ça va dans le sens recherché.
Remarquez bien que dans tout ça on parle de rapports personnels, d'affinités, de sympathie, mais pas de la cause collective. A la rigueur, si on me disait "j'aime beaucoup ce qu'il fait pour nous", ok admettons, même si je n'aime pas le personnage.
Mais là quand on me dit "il est gentil avec moi", je réponds "ben oui, et c'est la preuve qu'il vous "cultive"". Et dans tout ça on ne parle que de "lui, moi". Pas de défense des autistes.
Moi aussi, si c'était dans ma nature et si j'avais besoin de me faire aimer, de briller, je pourrais faire des choses marrantes et sympa, des clips et des trucs, et avoir mes "groupies". Croyez-le ou non, ce serait même assez facile si je le voulais vraiment. Et après ? Et les autistes ?... On est au cirque où on est sur un champ de bataille ?
Je pense qu'il faut remettre les yeux devant les trous, et c'est pour ça que je me manifeste ici. Avec beaucoup de mal pour contenir ma révolte contre cette aberration, cette tromperie générale, cette Grande Manipulation.
Je précise que la catégorie des "sympathisants" est composée de personnes n'ayant jamais côtoyé Marian en vrai (donc sans grandes chances de voir le masque), ou qui, si elles l'ont fréquenté, ne l'ont pas fait suffisamment sérieusement pour arriver au "moment de vérité…
- Ensuite, il y a les "DESILLUSIONNES"…
Au début, avec Marian, c'est toujours bien, avec tout le monde. Ensuite en général ça dure (puisque c'est le but, et que tout est fait pour).
Et puis, si la relation devient proche (collaboration etc.) il arrive fatalement un moment où la personne manipulée finit par comprendre. Bien que je n'aie pas demandé de témoignages, j'en ai reçu beaucoup, qui tous concordent. Manipulation mentale, harcèlement… Ah mais toujours aimablement… (c'est tellement plus efficace…).
Je tiens à vous dire que je ne surveille pas la vie de Marian (j'ai franchement autre chose à faire) donc je ne peux jauger sa "nébuleuse" que par quelques témoignages épars, mais j'ai déjà plusieurs cas qui le défendaient au début, en me disant que j'exagérais, puis qui en sont vraiment revenus…
Pour lui, c'est pas si grave : quand un soutien fait défection, il en a déjà plein d'autres "en préparation". Kleenex. Une de perdue, dix de trouvées. (ses soutiens sont souvent féminins)
Ah et puis j'oubliais : il y a ce qu'il appelle "les mamans". Très important dans son système ça, les mamans. Quand je pense à tout ça, j'ai envie d'écrire que je trouve ça "dégueulasse", quand on connaît la détresse des familles, et qu'on voit des mères croire en la sincérité de ce personnage. J'en connais une, pour avoir suivi de très près le dossier de son fils, et qui a fini par comprendre le personnage… quand il l'a laissée tomber… Ce qui n'est pas mon cas et ne le sera jamais.
Lui et moi sommes diamétralement opposés.
Non, tout ne se vaut pas.
Et non, ce n'est pas "chacun fait ce qui lui plaît" quand on se mêle de choses aussi graves, aussi douloureuses.
Mais si c'est pour faire des numéros de clowns pour faire rire les gosses, là ok.
Et si je n'avais pas mieux à faire je serais même capable de faire un spectacle loufoque avec lui. Vraiment ! Quelle bonne occasion de décompresser, et pour une fois de ne pas se tirer dessus. Je suis sincère en écrivant ça. Vraiment !
Mais faut pas tout mélanger !
Pas de théâtre, pas de spectacle, à la H.A.S. ! M'enfin quoi c'est pas dur à comprendre quand même…
- Ensuite, dans les "catégories de lecteurs", il y a ce que j'appelle les "DROITS".
Ce sont ceux qui sont insensibles au "charme" de Marian, qui n'ont pas de position (faute de connaissance et/ou d'envie de savoir) mais qui désapprouvent le fait que j'écrive autant de choses négatives sur une personne, sans apporter suffisamment de preuves pour qu'on me croie sans hésiter. Et qui, souvent, ne savent pas si mes écrits résultent de la volonté de nuire, de la méchanceté ou de je ne sais quel autre vice, si courants sur les réseaux sociaux.
Je ne suis pas agressif (et encore moins "méchant") ; je suis irrité, révolté, car je ne supporte pas l'injustice, l'incohérence, la fausseté, la tromperie. Les vrais autistes comprennent parfaitement ce genre de réaction.
Si je voulais vraiment m'occuper de Marian et vraiment lui nuire, eh bien je le ferais vraiment. Et ce ne serait pas une fois tous les trois mois. Mais ce n'est pas le but.
- Ensuite, il y a la catégorie des "PERPLEXES"
qui souvent ne savent pas très bien de quoi on parle (et on ne peut pas leur en vouloir) et qui croient voir ici l'une des multiples "prises de bec" qu'ils rencontrent sans doute à longueur de journée.
Croire cela, c'est bien mal me connaître. Je ne suis pas pour les querelles. On me reproche même souvent de faire trop d'efforts pour essayer de comprendre et de m'entendre avec des personnes jugées "adverses". Combien de fois m'a-t-on dit "ça serait moi ça ferait longtemps que j'aurais laissé tomber".
Je suis un "acharné de l'entente", croyez-moi. C'est mon crédo. C'est la clé.
Mais avec Marian, je n'y arrive pas, et c'est pas faute d'avoir essayé. Et c'est le seul, dans l'autisme.
Je peux être assez abrupt et véhément, c'est vrai, parce que je suis un enthousiaste, un intrépide, et souvent un révolté, qui ne fait pas semblant de faire les choses, justement.
- Il y a aussi la catégorie des amis et collègues, qui naturellement me font confiance et croient ce que je dis (pour la bonne raison que j'ai toujours été entièrement sincère avec eux).
- Il y a les lecteurs qui pensent que j'ai raison mais qui s'inquiètent pour moi des possibles retombées contre moi, de mon "lancement d'alerte". Je les en remercie, mais je ne sais pas quoi y faire… "Se taire pour ne pas avoir de problèmes", c'est ce que presque tout le monde fait déjà, et ce n'est pas la voie que j'ai choisie pour régler les problèmes.
- Et enfin il y a les autres lecteurs.
DESCRIPTION DES PROBLEMES :
- Il n'est pas facile de décrire précisément les problèmes, mais je vais essayer.
Je vois deux parties : les problèmes actuels et concrets, et les problèmes potentiels ou généraux.
- PROBLEMES ACTUELS :
-- MANIPULATION DES AUTISTES INDIVIDUELS
Le problème des personnes autistes se plaignant d'être manipulées par Marian, notamment par Internet : je n'invente rien, il y a de nombreux témoignages.
Personnellement, j'ai été très très clairement victime de son fonctionnement manipulateur, à fond. Quand on analyse un peu les choses, quasiment tout ce qu'il fait (ce qu'il dit et ce qu'il écrit) est de l'ordre de la manipulation des esprits de ses interlocuteurs. Ca ressemble à une sorte de mode de vie, de fonctionnement naturel, à tel point que quand il me dit "tu sais bien que je ne manipule personne", je sais plus si c'est encore de la manipulation, ou s'il y croit vraiment…
Peut-être que nous n'avons pas la même définition du mot ? Pour moi, la manipulation c'est quand on dit, écrit, ou fait des choses de manière à entraîner des actions ou des croyances dans l'esprit de la personne en face, qui ne le servent pas vraiment, mais qui servent ses propres intérêts à soi, tout en se gardant de le lui faire comprendre. Cela repose sur une forme de mensonge : faire croire quelque chose à quelqu'un tout en ne croyant pas cette chose, ou bien lui cacher une partie de la vérité, qui risquerait de la dissuader de faire l'action suggérée. Car manipuler, c'est d'abord faire faire des choses aux autres, pour soi-même.
Dans les rapports que nous avons eus, la manipulation est vraiment omniprésente (y-compris lors de son tout dernier message, où il me faisait remarquer que mon post précédent le "dénigrait", alors qu'en fait j'y expliquais juste que j'avais retiré le reste du post, qui était, lui, très virulent : connaissant son fonctionnement, il me faisait cette remarque dans le but que j'enlève mon post, comme il l'a déjà fait de nombreuses fois).
J'ai de très nombreuses preuves de manipulation (quasiment tous ses écrits, et parfois même c'est vraiment de la "grosse ficelle") mais je ne peux pas les utiliser comme "preuves" car c'est des échanges privés.
-- HARCELEMENT
(je précise qu'il n'y a pas de connotation "sexuelle" dans ce terme, et que par ailleurs je respecte sa vie privée tout autant que je lui demande de respecter la mienne, ce qu'il semble faire)
Encore une fois, de nombreuses personnes se sont plaintes de "harcèlement" de sa part.
Moi-même j'ai le souvenir assez douloureux de chats où il ignorait complètement mes demandes qu'il me laisse tranquille, et où il revenait à la charge en permanence, comme en proie à un stress insupportable (généralement lié à une atteinte réelle ou supposée à son IMAGE).
Oh, j'ai oublié de vous dire le plus important : là je suis en train de me faire suer à écrire tout ça, et vous à le lire, juste parce que quelque part en France une personne est l'esclave totale de son IMAGE, que cette personne a jeté son dévolu sur l'autisme pour alimenter son système, son illusion et parce que cette personne est très forte et très habile (au passage on observera que dans l'autisme il y beaucoup de personnes fragiles et crédules, et lui, il les adore ! (moi-même j'en fais partie, à un certain degré)).
Quand tout ça finit par siéger à la HAS, je suis désolé mais moi je freine des quatre fers.
-- ZIZANIE
Ce personnage est très doué pour semer la zizanie. Ca fait partie de ses "stratégies", comme le reste. Juste par quelques petites remarques apparemment innocentes, il sait comment discréditer les gens, semer le doute, le trouble.
Dans mon cas il a utilisé mon côté excentrique pour me faire passer pour "fou". Tout en gentillesse et en sourires. Mais tout de même. Avec moi ça ne marche plus tellement, et puis la première fois qu'on m'a taxé de "fou", il n'était pas encore né…
Sinon il y a le côté "parano" aussi, qu'il aime bien agiter à mon encontre. Nous sommes tous un peu "parano"… moi je le reconnais, et lui se jette sur cette arme. Pourtant, même en admettant que je voie les choses de manière trop pessimiste, ça n'empêche pas que dans le fond il y a un vrai problème.
Dès que je fais quoi que ce soit contre lui, dans les 24 ou 48 heures qui suivent je me trouve aux prises avec toutes sortes de problèmes, d'embrouilles, de défections, etc.
Comme par hasard. Là ça a déjà commencé bien sûr, depuis quelques jours.
La stratégie, la manipulation… Il sait que plus rien ne prend avec moi (je suis bien bien vacciné contre ses histoires), mais il lui suffit d'activer ses réseaux, de jouer sur les émotions et peurs des uns et des autres, les "soutiens" et tout ça, la stratégie quoi. Il parle même parfois de "marketing". Il n'est jamais naturel dans ses vidéos (mais bon, ça se voit).
Alors que quand je ne fais pas attention avec lui, tout se passe très bien, je m'entends bien avec tout le monde (ou presque) partout. Sauf quand il est en contact avec des personnes proches de moi, et que je fais quelque chose qui ne lui va pas. Curieux, non ?
C'est aussi pour ça que je m'en tiens éloigné autant que possible. Pour ça et pour éviter sa "prise de ma tête".
Mais en attendant, son système marche. Pas d'opposition, le champ est libre…
Il est très fort. Fort malin. Habile et sournois. Oui je sais, c'est dur à croire… mais moi aussi je suis déjà passé par là…
Et puis il n'y a pas qu'avec moi… Le nombre de groupes qui ont explosé suite à son passage… (notamment sur Facebook) (je pourrais aussi parler du problème "pervers narcissique" mais comme c'est quelque chose que je connais mal, je préfère que d'autres le fassent, si besoin).
- PROBLEMES POTENTIELS :
Honnêtement, je n'ai pas de boule de cristal, et d'ailleurs je suis contre cette fâcheuse tendance du microcosme Facebook à passer son temps à chercher des poux dans la tête des autres, et à se perdre en conjectures et supposant qu'untel pourrait faire tel mal et qu'unetelle pourrait faire tel autre mal. Je suis le premier à dire qu'on doit se focaliser sur les côtés positifs de gens et non sur leurs défauts, sans quoi c'est pas possible.
Et pourtant, avec Marian je n'y arrive pas. Est-ce que je n'arrive pas à "adhérer" à ses qualités (que je ne vois même pas) parce que je n'ai pas confiance en lui ?
Est-ce que je ne vois pas son "côté positif", tout simplement parce que je sais que l'ensemble est faux et calculé ? (Donc, quelle valeur accorder à un éventuel côté positif apparent ? – Que faire avec quelque chose de non-sincère ? Pour moi c'est tout du vent, je ne veux pas construire sur du vent – d'ailleurs j'ai essayé, avec lui, et je n'ai eu que du vent, pendant un mois (on va faire ci, on va faire ça, mais jamais rien de concret, rien du tout – au contraire, la seule fois qu'il a fait un truc, c'est de me demander de voter pour sa dernière vidéo perso ou quelque chose comme ça, alors que je lui avais donné l'accès admin pour notre chaîne Youtube, mais il ne voulait pas l'utiliser car ça ne l'arrangeait pas pour ses votes… Avec lui c'est tout du "backoffice", il manigance tout de son bureau, les autistes sont ses "clients", ses "manipulés", son "public", ses "groupies", tout ça ensemble, et peut-être que quelque part il est aussi "eux"… Quelle salade ! Désolé mais moi j'adhère pas du tout mais alors vraiment pas. Surtout quand on connaît le besoin d'indépendance et de "non-adhésion" (non-mélange) des autistes. Les voire englués là-dedans, franchement il y a de quoi déprimer.
- Bref, concernant les problèmes potentiels et généraux, je ne sais pas comment le dire clairement, mais disons que c'est l'ensemble, la sensation de "monde à l'envers" qui me met super mal à l'aise. Mes intuitions me trompent rarement.
Si vous voulez, vous pouvez me dire si vous voyez des risques potentiels concrets (si on met à part tout le côté abracadabrant de l'histoire). De préférence par message privé ou email. Je ne peux pas tout voir ni tout faire. eric.lucas@autisticalliance.org
Parfois je me dis que si j'ai tant de mal à donner des exemples concrets, c'est parce qu'il faudrait citer tout l'ensemble. Pris un par un, ce qu'il fait est gentil et anodin. Les manoeuvres sont subtiles, il faut voir tout l'ensemble, et les détails de l'ensemble, pour bien comprendre. Nous les autistes nous ne sommes pas trop mauvais pour ça, et c'est pourquoi d'autres que moi ont déjà éventé le manège. Mais ça ne l'empêche pas de tourner. Qu'il tourne, ok, mais qu'il ne prenne pas en otage ceux qui n'ont rien à voir avec tout ce cinéma, par le biais de leviers institutionnels ! La foire ne doit pas être générale : ne sommes-nous déjà pas suffisamment enquiquinés, brimés, manipulés de toutes parts ? Comment accepter que ça vienne aussi "de l'intérieur" ?
Son système, c'est un peu comme avec les numéros de "magie", ça marche toujours, même si quelques personnes connaissent "le truc".
Sauf que nous là on est dans l'autisme et le handicap, pas dans la grand-guignolerie !
CONTEXTE :
Je rappelle quand même le contexte. Nous sommes en France, avec 600000 autistes qui souffrent (presque tous) eux et leurs familles (euh au fait, Marian n'a pas l'air de trop souffrir…).
Nous sommes face à un lobby médico-social et hospitalier assez impitoyable, servi par une collusion administrative. Des enfants privés de liberté, de leur famille, d'éducation ; des milliers de gens en détention médicale, des personnes talentueuses mais privées de boulot, qui parfois se suicident, etc. etc., une vie affective très difficile, beaucoup de frustrations, de frictions, d'exclusion, de souffrance. Pardon mais nous sommes dans la m. jusqu'au cou.
Et qui vient nous aider, nous représenter en haut lieu (la HAS : le "Saint Graal" pour lui et son système, bien sûr) ? Comment puis-je ne pas utiliser le mot "guignol" ? Ou sinon, "usurpateur" ? Mais enfin qu'est-ce qu'on a à voir avec tout ça ? Comment en est-on arrivés là ?
(Sinon il y aussi le terme "clown", mais puisque dans ses vidéos il utilise effectivement un nez rouge, je ne veux pas me moquer de ce que je trouve courageux (à moins que ce ne soit un artifice, encore, pour tromper et pour cacher sa faramineusement insatiable soif médiatique, sa grande "quête"…)
(et je suis désolé qu'avec moi la "quête de déclics" finisse par produire une grande claque mais à force de jouer avec nous faut pas s'étonner que les révoltes commencent à s'exprimer)
INCOHERENCE FONDAMENTALE :
Je veux bien que quelqu'un m'explique en quoi c'est cohérent, juste, légitime, que les autistes soient représentés à la HAS par une personne qui n'utilise que des artifices typiquement non-autistiques (calcul, manipulation, absence de sincérité, etc.).
Et puis qui n'est pas du tout altruiste, puisque esclave de son ego (oui, à ce niveau-là, on peut utiliser ce mot).
Je pense que pour lui l'altruisme et la sincérité ce sont des notions abstraites, qu'il peut utiliser comme des outils, des leviers, de manière intellectualisée, artificielle, comme avec tout ce qu'il fait (ce qui d'ailleurs me semble très "autistique", j'avoue – mais tout de même, quand il n'y a pas la sincérité, je reste très sceptique).
M'enfin je ne comprends pas… comment les autistes peuvent-il approuver d'être représentés et défendus par une personne qui méconnaît à ce point nos valeurs ? (et qui ne présente pas de similitudes avec les autistes : comportement très ordinaire, rien de particulier (à part son "trouble de l'image – mais justement les autistes c'est le contraire, en général ils ne veulent pas voir leur image). Franchement il faut faire des efforts pour ne pas crier à l'usurpateur. On a quoi comme arguments montrant qu'il est autiste ? Moi je ne vois rien…
Et même avec un certificat… car connaissant sa capacité d'imitation et de duperie, j'aurais des doutes.
Quand je suis avec Valentin, Josef, Stef, Magali, Julie, Matthieu, et tant d'autres, je n'ai pas de doutes.
Je veux bien qu'on me dise "il est gentil" et "il peut nous aider", mais quand c'est sur des bases aussi "trafiquées", pour moi il y a quelque chose qui ne passe pas.
Même en essayant d'être pragmatique et en espérant qu'il va tout de même nous défendre (je dirais "par effet collatéral"), vous ça ne vous pose pas un problème cette immense absurdité ?
Des autistes authentiques, il y en a plein, alors pourquoi choisir le plus discutable ?
LA NOTION DE LIMITE A NE PAS FRANCHIR :
Je pense que si Marian possède réellement des traits autistiques qui font que ça lui fait du bien de sentir une "reconnaissance sociale", pour s'affirmer et moins souffrir d'un isolement autistique, c'est très bien pour lui. Que s'il entraîne dans son sillage d'autres autistes, et qu'ensemble ils font des choses (comme avec son association) qui les aident et même qui aident globalement les autistes, c'est très bien aussi. Après tout, si j'ai une vision "puriste" de la sincérité et de certaines valeurs, cela ne me donne pas le droit de condamner ceux qui voient les choses autrement. A priori.
Tant que ça ne fait de mal à personne, chacun est libre, pas vrai ?
Même si je reçois certaines plaintes et remarques inquiètes de la part de personnes autistes à Lyon, où se trouve son association, et qui gravitent plus ou moins autour de lui.
Mais bon, on va dire que "ce n'est pas bien méchant". Disons que ça reste localisé et que ça n'a pas de portée importante.
Par contre, quand son action s'exerce à un niveau national, qui peut influer sur la vie de tous les autistes adultes du pays (théoriquement), là je me dis qu'on n'est plus du tout dans le même registre, et qu'on sort du "Théâtre de Marian l'Enchanteur".
Evidemment ce n'est pas à moi de décider où est la ligne jaune ou rouge.
Mais cela ne m'interdit pas d'exprimer mon inquiétude.
Je ne sais pas ce que vous en pensez ? (eric.lucas@autisticalliance.org)
Je précise que j'ai reçu plusieurs témoignages de personnes qui me remercient d'avoir tiré la sonnette d'alarme, et qui se demandaient pourquoi personne ne disait rien, et combien de temps la comédie allait durer comme ça. Et qui le connaissent suffisamment.
HYPOTHESES :
J'ai le sentiment qu'au centre de cette personne règne malheureusement un grand vide intérieur (que je vois comme une sorte de "trou noir" (dont je crois connaître la cause, d'ordre privé)) et que sans son "illusion", c’est-à-dire l'image de lui-même qu'il présente, il "n'existe pas". Ce qui expliquerait ses "attaques de harcèlement" désespérées quand l'édifice virtuel de sa personne virtuelle, publique, lui semble en danger. Comme s'il ne pouvait s'aimer lui-même que via l'amour des autres, ou quelque chose comme ça. Et plus de monde gravite autour de lui, plus "ce qui le fait exister" se renforce. Je suis navré d'aller un peu loin mais j'essaie de comprendre. Parce que là on a vraiment un problème, qu'il faudra bien aborder tôt ou tard. Pardon si je suis un peu en avance…
SUGGESTIONS :
Malgré tout ce que je lui reproche, mon but n'est pas de lui faire du mal, mais qu'un moyen soit trouvé (peut-être par une prise de conscience) pour faire dégonfler toute cette grande illusion, et qu'on fasse les choses sérieusement, au lieu de "faire semblant".
Je n'ai aucune idée de ce qu'il peut penser en lisant tout ça… Je ne sais pas s'il peut envisager les hypothèses dont je parle comme crédibles, ou si au contraire il me pense "fou" ou le dernier des derniers ou autre chose. Si je dis ça, ce n'est pas par intérêt pour ce qu'il pense de moi, mais parce que j'espère vraiment qu'il pourrait accorder un intérêt à ce que j'écris, même si à première lecture ça peut paraître des "élucubrations" à certains.
Dans tous les cas, je trouve qu'il faudrait qu'il se "calme"… (et je ne suis pas le seul).
Et si j'expose tout ça en public, c'est parce que ça fait longtemps que j'ai "tout essayé" en dialoguant avec lui, mais sans même avoir pu aborder des sujets aussi profonds (ben oui parce qu'un dialogue avec lui devient très vite envahissant et on ne peut pas débattre car chaque fois qu'on pose une question "dérangeante" ou qu'on a un argument qui le dépasse, il change de sujet).
Oui je sais je suis naïf, "bisounours", "trop bon trop con" etc., on me le dit tout le temps, mais pourtant j'espère tout de même qu'il pourrait "se réveiller", éventuellement à la suite de ce petit "secouage" (l'important c'est pas la chute mais l'arrivée, et moi, malgré tout, je ne veux pas qu'il se crashe, le jour où l'écart grandissant entre l'illusion et la réalité va tout faire péter).
S'il est autiste et s'il veut sincèrement aider les autistes, malgré son "handicap d'image", eh bien après tout pourquoi pas ? Nous ne sommes pas trop nombreux, pas vrai ?
Que l'on fasse les choses proprement, correctement, pour de VRAI.
Mais pour ça, d'après moi il faut d'abord qu'il commence à régler ce problème personnel, car je ne trouve ni juste ni sérieux ni "pro" d'entraîner tout son monde dans une sorte de "délire".
On peut me rétorquer que c'est une question de point de vue et que c'est moi qui délire… Pourquoi pas… Mais un jour où l'autre la réalité tranchera, et ça risque de faire très mal, et même d'être totalement insoutenable.
Je n'aime pas les méthodes de Marian (dues selon moi à une sorte de "pathologie") mais pour autant, très sincèrement, je ne veux pas qu'il entre dans le mur. Avec l'énergie qu'il a accumulée, et connaissant sa fragilité, je ne vois pas comment il pourrait s'en relever.
Mon mode public d'expression sur cette affaire est aussi bien sûr motivé par un appel public à la circonspection, à la réflexion. Je n'imagine pas une "thérapie publique" de Marian, car je trouverais ce concept écoeurant, mais peut-être que si tout le monde remet les pendules à l'heure, si on sonne la fin de la pièce de théâtre, alors on peut tous repartir d'un bon pied, ensemble ?
Je pense que nous devrions tous nous entraider (même quand on n'aime pas certaines personnes) ; je suis désolé de faire souffrir Marian (et ses fidèles) avec tout ça, mais je vois l'intérêt général des autistes d'un point de vue global. Pour l'instant, ce que je fais avec mes collègues (dans le "combat" autistique) est apprécié, on me dit que je suis dans le juste.
Mais peut-être que pour le cas de Marian je me trompe ? Je ne suis pas prophète.
Dans tous les cas, s'il arrive à se sortir de son "hypnose", de son mouvement gravitationnel formant son image publique vitale, eh bien en ce qui me concerne je serai soulagé (pour lui et pour nous tous), ET S'IL EST EFFECTIVEMENT AUTISTE et s'il le souhaite je pourrai essayer de recommencer à travailler avec lui, de manière droite, sincère, honnête (j'ai décidé que je ne pouvais plus faire autrement !).
Cher lecteur/lectrice ayant eu le "courage" de lire tout ceci, je ne sais pas si ça peut donner envie de collaborer avec moi ou avec nous, mais au moins vous connaissez la condition indispensable : la sincérité. Pour le reste, tout le monde a des défauts, et on peut toujours essayer de s'arranger, mais la sincérité, pas moyen, c'est non négociable. Pas d'arrangement !


Aux lecteurs qui trouveront que mon analyse est lucide (et un peu "ébouriffante") : merci…
A ceux qui trouveront que "c'est de la grosse m." : désolé.
Et aux autres… euh (en fait je me demande s'ils ne sont pas déjà partis ;-)


eric.lucas@autisticalliance.org


voir suite sur post "PARTIE 3 SUR 3"

* Problème Marian / EQDD * PARTIE 3 SUR 3
Message pour les victimes et futures victimes de ce personnage, et pour l'information de la communauté autistique française en général.

Au point où on en est, on peut rappeler quelques "interventions" passées, que j'ai supprimées, mais "chassez le naturel, il revient au galop", on ne peut pas étouffer indéfiniment la vérité.


Texte supprimé de FB le 22/03/2015 :


MISE A JOUR DU 12/01/2015 :
Après une phase d'énervement bien compréhensible, j'ai décidé, le 9/1/15 à 22h08, d'enlever les explications supplémentaires que j'avais postées ci-dessous, et mes commentaires. Ceci, afin que les personnes ne connaissant pas l'affaire n'aient pas l'impression que "j'enfonce" une personne sans raison ou par haine etc. - et aussi pour ne pas contrarier Maryna.
Si ça recommence je serai obligé d'aller plus loin.
Je demande juste :
1/ que ce personnage ne m'écrive plus ;
2/ le droit de dire ou d'écrire ce que je pense sur quoi que ce soit ou qui que ce soit, sans demandes sempiternelles de retraits, d'excuses publiques, de soutien, etc. (entre autres manigances habiles et mielleuses qui ne prennent définitivement plus avec moi, j'ai assez donné, merci).
Je suis pour la liberté d'expression de ses opinions, sans limites (mais ça ne donne pas le droit d'imposer son expression et du « lavage de cerveau » à ceux qui veulent juste qu'on les laisse tranquilles et libres).
S'il veut exprimer son opinion sur moi, en privé (sauf à moi) ou en public, c'est son droit et ça ne me regarde pas. Mais qu'il arrête de me harceler et de vouloir me contraindre, en s'adressant à moi directement.
J'aimerais pouvoir me consacrer à l'autisme en paix, sans être enquiquiné par un individu obnubilé par la quête de reconnaissance sociale dictée par son Grand Moi.
Merci et désolé de m'être fâché (je dis ça pour les autres lecteurs).
Espérons que l'avertissement serve.
Qu'on me laisse tranquille avec cette personne, j'ai autre chose à faire.
Je ne lui ai rien demandé (à part de me laisser en paix).
Qu'il fasse ses vidéos et ce qu'il veut si ça lui fait du bien et si ça peut aider certains, mais qu'il me laisse tranquille ---> plus de contact direct.
Mais exposer ses idées sur moi à autrui (qui serait intéressé…), il est libre, comme moi.
J'aimerais que ma vie reprenne comme avant, c'est à dire sans l'obligation de sa présence dans mon paysage, de ses conseils, leçons, tentatives de manipulation (parfois réussies) et des âneries qu'il m'écrit.
Je suis pour la transparence et la rectitude (entre autres). Nos valeurs sont diamétralement opposées, tout ce qu’il essaie de me faire entrer dans la tête me nuit, et je ne supporte plus cette nuisance rampante et interminable.
Et surtout je n'accepte pas qu'une telle personne m'écrive que j’ai *menti* !
C'est le comble !
J’ai beaucoup plus à dire mais on va s’en tenir là ; qu’il cesse d’essayer d’influencer ma vie, DEFINITIVEMENT : c’est mon droit.
Il voulait des « excuses publiques » : c’est fait.
----
(Et je ne lis plus les commentaires).
----
P.S. : de mieux en mieux : maintenant il s'est mis "Personnage public" sur FB ! Je souhaite ne plus entendre parler de toute cette mythomanie inutile pour la cause de l'autisme... On a déjà assez de problèmes comme ça !
----
P.S.2 :
Je suis bien obligé de voir certains commentaires en utilisant FB et en ce cas je ne peux pas laisser passer de telles inepties sans rien dire, alors voici le dernier de ce "Personnage public" :
"Eric Lucas : J'ai quitté ton association et j'en ai rejoint une autre (j'en suis le secrétaire).
Que tu ressentes une certaine frustration, j'arrive à le comprendre.
Est ça qui a réveillé ta "parano" à mon encontre ?..."
--
Alors, c'est simple,
MANIPULATION (des lecteurs), DEMONSTRATION :
-- "J'ai quitté ton association "
---> Il a été VIRE du noyau des responsables !! Après m'avoir fait suer et après avoir abusé de ma gentillesse et de mon esprit ouvert pendant un mois (en mai 2014) ! Il y a autant de preuves qu'on veut. Il m'a fait perdre un mois de ma vie. Il s'arrange pour manipuler les gens (souvent subtilement), pour se donner le beau rôle, et celui du "parano" à ceux qu'il rend fous (et effectivement davantage "parano" !).
Ensuite je lui ai proposé de rester (mais pas dans le noyau) et bien sûr il n'a pas donné suite, car ce qui l'intéresse c'est lui et sa gloire.
Il n'a jamais rien fait de concret avec moi dans l'AA ; j'ai attendu en vain pour le projet de vidéo commun, pendant que lui continuait à faire ses vidéos perso. Que du vent et de la prise de tête à n'en plus finir ("on va faire ci, on va faire ça, tu devrais faire ci et ça, etc. etc. en essayant de modifier ma façon de penser). A me parler de stratégie, de "pieux mensonges", et même de "marketing" !
-- "Que tu ressentes une certaine frustration, j'arrive à le comprendre."
---> Non mais je rêve !! Une "frustration" ?!...
Je suis SOULAGE qu'il ne soit plus constamment, des heures par jour, en train de faire du lobbying dans mon cerveau, oui, soulagé, LIBRE. Et je suis affligé pour l'autre association en question.
-- "Est ça qui a réveillé ta "parano" à mon encontre ?"
---> Et vas-y que je t'insinue perfidement des doutes chez le lecteur...
C'est pas de la parano, c'est de l'irritation, de l'exaspération légitimes, parce que ça fait depuis décembre qu'il me pompe l'air et qu'il ignore mes demandes très claires, écrites, de cessation de harcèlement, et que ce n'est pas la première fois. C'est très facile à prouver.
Qu'il continue encore comme ça, et là je vais vraiment tout balancer, et il sait de quoi je parle (ça parle d'une "proposition de "marché" de mensonges" (grave !)… je continue l’histoire ?), et c'est moi qu'on croira. Si je ne l'ai pas fait, c'est par pitié. Vas y, insiste encore un tout petit peu...
De grâce, que quelqu'un fasse en sorte que ce « Personnage public » nombriliste, confus dans ses conceptions, nocif et fourbe m'oublie !
Si ce que je fais (dans l'autisme, c'est à dire sans penser à lui) ternit son rayonnement personnel illusoire (si c'est ça la raison de sa focalisation sur moi en privé), je n'y peux rien et ce n'est même pas le dernier de mes soucis : les questions d’ego n'ont rien à voir avec la lutte pour défendre les autistes !
Et surtout j'aimerais qu’on ne me rapporte pas ce qu’il dit ou écrit sur moi (sauf si ça dépasse l'expression d'opinions) : j’ai besoin de rester protégé de ce délire absolument contre-productif pour ma concentration nécessaire à la recherche de solutions à notre situation dramatique (l’autisme !).
Stop, fous-moi la paix, je m’en tape de tes histoires, je te l’ai dit et écrit des dizaines de fois ! Quand est-ce que je vais être enfin libéré de cette attention néfaste m'atteignant directement ?


P.S.3 : Quand je dis que je ne veux plus entendre parler de lui, c'est juste un voeu, je suis réaliste et je pense qu'il ne s'arrêtera pas de lui-même et qu'il va continuer à me pourrir la vie d’une manière ou d’une autre. Pourquoi ? Tout simplement parce que je sais comment il fonctionne, parce que je l'ai "percé", parce qu'il ne peut qu'être "vert" de voir que je peux avancer mine de rien pour notre cause, tout en restant droit et sans concessions avec les "arrangements", parce qu'il voit bien que je jouis d'un certain crédit (notamment "en haut lieu") et parce qu'il se doute bien que je ne vais pas le soutenir.
Depuis plus d'un mois il parle de m'attaquer en diffamation, en croyant (encore !) pouvoir m'influencer, me limiter, parce qu'il voit que je ne suis plus sensible à tous ses "lavages de cerveau" et autres mielleusetés, et qu'il n'a plus aucun pouvoir sur moi (avec ses raisonnements "à deux balles", ses mises en garde, ses leçons fatigantes (du genre "tu devrais faire un travail sur toi", "tu devrais voir un psy" (quelle blague ! - ça me fait toujours rire les gens qui n'ont pas la capacité pour me comprendre et qui en déduisent que c'est moi qui ai un problème !) etc etc).
Ce type est très fort dans son art manipulatoire, sa seconde (ou première ?) nature (il semble d'ailleurs ne même pas s'en rendre compte).
Certes, il est d'un abord très sympathique... si vous n'avez pas de souci avec lui, c'est tout simplement parce que soit vous ne représentez aucun danger pour lui, soit vous lui servez à quelque chose que lui seul prévoit (soit les deux...) - ne serait-ce qu'en ajoutant des "j'aime" (ce qu'il m'a souvent demandé) ou en agrandissant son "fan-club" et en augmentant son "Google ranking". S'il est gentil avec vous et proche de vous, c'est parce qu'il se sert de vous ou espère quelque chose de cette relation, pour lui et son "aura" totalement démesurée malgré ses airs doucereux. Ca peut être sur du long terme (non visible pour l'instant).
Car il est à fond dans la stratégie et le calcul.
Je sais que mes conclusions peuvent paraître exagérées, mais quand on comprend ce qui le fait tourner, comme un "soleil", on comprend qu'inévitablement tout doit tourner autour de lui, et que même lui, en admettant qu'il le veuille, ne pourrait rien y changer (seule solution : se tenir le plus loin possible de cette influence).
Mais puisque cette personne, dans sa quête insatiable de "(dé)clics", dans son besoin "gravitationnel" vital, a décidé de s'intéresser à moi (en commençant par l'AA) et surtout à ce que je fais qui pourrait le servir ou le desservir, je sais que je le retrouverai sur mon chemin dans l'autisme, hélas, et je considère que c'est un mal intérieur très très lamentable, dont on n'a vraiment pas besoin, alors que nous sommes déjà écrasés par les problèmes !


Il voulait que j'arrête de le "casser dans son dos" (liberté d'expression à géométrie variable...), alors c'est fait : maintenant c'est par devant...
Ce qui m'inquiète c'est que fatalement il y a un grand nombre de personnes qui peuvent se faire berner par lui car elles ne le connaissent pas en profondeur, et comme déjà dit il est très habile.
Alors peut-être que je suis "parano"...
J'espère, en donnant mon point de vue, permettre à quelques personnes de se déshypnotiser ou d'éviter de tomber dans sa toile calculée.
A l'heure qu'il est, voyant qu'il n'arrive plus du tout à m'influencer, il doit être en train de se renseigner pour sa "plainte en diffamation"... Ce qui compte pour lui, c'est lui, ouvrez les yeux et regardez tout ce qu'il fait : lui, lui, toujours lui et encore lui, c'est pourtant clair.
Et sa première vidéo, encore moins naturelle que les autres, où il se force à avoir des difficultés d'élocution... (il n'a jamais réussi à expliquer ça de manière crédible...)
Encore une fois si ça lui plaît et si ça intéresse certains, chacun est libre, mais le problème c'est quand il nuit à ceux qui essaient d'agir vraiment et concrètement.
Une chose est sûre c'est que plus il essaiera de me manipuler pour que je m'autocensure à son sujet, et plus ça produira le résultat inverse. Et là je suis loin d'avoir tout déballé.


Le pire c'est que ce monsieur essaie de me museler à son sujet (ce qui est très facile à prouver dans ses messages privés, et même ci-dessous où il parle doctement de diffamation) alors que dans le même temps il vient donner des leçons au monde sur Youtube, suite à la tragédie du 7/1, en n'hésitant pas à se servir de l’événement pour se mettre à nouveau en scène, en nous disant "oui, il faut défendre la liberté d'expression" !! Quelle (sinistre) blague ! Il a raison de se mettre un nez rouge ! Sans compter que cette déclaration n'est ni originale, ni courageuse, ni utile, surtout dans le contexte actuel, quand des millions de gens dans le monde disent la même chose ! Quel Tartuffe ! Et c'est pourquoi, forcément, il ne peut pas me supporter et il fait tout pour me nuire, me discréditer etc. Ce que je fais dans l'autisme c'est pas grand chose et je fais ce que je peux, mais je le fais avec un esprit altruiste et avec sincérité.
Ce sont deux façons de voir la vie qui ne peuvent que s'opposer...


Autre chose. Je suis plutôt du genre à m'entendre bien avec tout le monde (et sans être hypocrite). Mais quand ce "personnage public" est là, et que les gens ne me connaissent pas encore très bien, en quelques jours ou quelques semaines c'est fini, je sens le gaz. Bizarre non ? Il n'y a qu'avec lui que ça le fait... Et dans cette zizanie, bien sûr le méchant c'est moi : celui qui s'énerve, qui est abrupt, maladroit etc... Lui, il s'arrange toujours pour garder le beau rôle (forcément, puisque c'est sa raison de vivre !). Je préfère être spontané, énervé, mais sincère et avec un bon fond, plutôt qu’être un serpent froid et calculateur.


Et puis ses florilèges d'assertions stupides... La dernière en date : il prétend (par message privé) que j'aurais dit à M. Subtil (le principal du collège) que la place de Timothée était en IME !! Oui je sais c'est idiot et personne ne peut y croire, mais rien ne l'arrête...


Et tout ce que j'écris ici, non, ce n'est pas une "attaque", c'est une DEFENSE (et presque un appel à l'aide !), après des mois d'atteintes directes, d'attaques mentales, répétées et irrépressibles contre mon fonctionnement intellectuel et spirituel, parce que je suis excédé par les agissements de ce type et parce que je le considère néfaste pour notre cause, donc je ne peux maintenir un silence coupable.
Je pense que continuer à se taire ne serait pas courageux et nous desservirait.
Et que je me taise, c'est ce qu'il veut. Mais il est vraiment mal tombé avec moi.
A vous de vous faire votre opinion...


Je ne suis jamais allé chercher ce type et je n’aurais jamais dû accepter tout ce que j’ai accepté, c’est mon erreur, je le reconnais, j’ai été trop ouvert et « gentil » avec lui. C’est fini, plus la peine de revenir encore, dans 6 mois, dans un an, tout enfariné, à essayer de m’embobiner. Je lui ai demandé de me lâcher jusqu'en 2016 ou 2017, mais il continue. Alors maintenant c'est "jamais". Faut pas me pousser à bout.
J’ai besoin de calme, et que cessent ces atteintes, pour réfléchir et même pour vivre tout simplement, et je demande à être protégé des agissements de ce mégalo-mythomane sournois.
Peu importe que je sois parano ou pas : dans tous les cas, j’ai le droit qu’il me lâche !


Et je suis désolé pour les répétions et la rédaction un peu confuse mais j'ai vraiment pas le temps de mettre en forme, j'ai des textes et lettres plus importantes à faire, j'ai une vie, on a tous une vie qui a le droit et qui mérite d'être épargnée, à l'abri de cette irradiation, de cette emprise.


P.S.4 : Comme je me méfie de ce personnage, prompt à exploiter mes maladresses et à s’insérer dans les moindres imperfections de ce que j’écris, je précise que pour moi la « liberté d’expression » concerne évidemment des OPINIONS (et j'ai corrigé tout mon texte ci-dessus en ce sens) : par exemple cela ne consiste pas à publier des détails privés (comme une adresse personnelle) ou d’autres choses permettant de m’atteindre physiquement. Comme tout le monde, j’ai le droit au respect de ma vie privée.
J’en profite pour indiquer que je m’oppose à toute publication de mon image personnelle, ce qui est mon droit. Cela me dérange, et je ne suis pas un « personnage public ». Si je n’hésite pas à m’investir personnellement (et je parle de ma pensée et non de ma personne physique) dans l’autisme, c’est dans un souci pragmatique, parce que j’ai compris que pour avancer il fallait une crédibilité lors d’interactions humaines. Au début, il y a un an, personne ne m’écoutait, parce que personne ne savait qui j’étais : j’ai donc fini par être contraint de faire en sorte « qu’on sache qui je suis » (du moins juste le minimum suffisant pour l’autisme), ce qui est seulement un outil pour avancer, et non pas mon but principal, contrairement à d’autres… Et j’ai décidé d’utiliser mon vrai nom car je veux faire des choses sérieuses, et en plus j’ai la chance d’avoir un nom assez courant, ce qui me permet de ne pas me sentir « atteignable » en le publiant. Ainsi, confondre mon besoin d’être à distance et « protégé » (mon corps ET MA PENSEE) avec « de la parano » serait comprendre bien mal l’autisme.


Voilà, maintenant que j’ai écrit tout ça, peut-être que c’est maladroit, mais au moins ça me permet d’espérer qu’il va enfin s’éloigner de moi (jusqu'à la prochaine fois ??!...), en voyant que toutes ses tentatives avec moi produisent l’effet opposé à celui qu’il cherche, et donc je me sens plus à l’aise pour me concentrer sur l’essentiel : la défense globale des autistes.
Le but n’est pas de « casser » une personne, le but est de me protéger (et éventuellement de protéger d’autres personnes influençables) d’une personne à qui je n’ai rien demandé de tout ça et qui me cherche depuis des mois. J’espère que mon « coup de gueule » lui permettra d’envisager de mettre fin à cette « quête » à mon sujet, qui m’empêche de vivre sereinement.
Suis-je paranoïaque ? Peut-être, mais ce qui est sûr c’est qu’avec de telles atteintes insidieuses, répétées et indésirables ça n’arrange rien.


STOP ET FIN. (du moins je l’espère)


-----------------------------------------------
Tiens, et puis une petite dernière pour la route, un exemple de conversation "fatigante" avec l'intéressé (mais s'il n'y avait que ça, on n'aurait pas besoin de parler de Marian - c'est juste un exemple - et j'ai pas utilisé toutes mes "cartouches", j'en garde quelques unes en réserve pour le cas où ce monsieur mette finalement à exécution se menace de porter plainte - à moins qu'il ne préfère agir dans mon dos (j'en ai entendus des vertes et des pas mures...).


EQDD: Salut (25/05/2014 17:57)
EQDD: Es tu la ? (25/05/2014 17:57)
EQDD: Salut (25/05/2014 18:01)
Eric: Salut
Eric: débordé maintenant
EQDD: Visio à 2 en privé ?
Eric: tu ne tiens aucun compte de ce que je dis - je suis débordé maintenant
EQDD: Et ce soir, on sera en visio en groupe donc pas possible
EQDD: Puis demain idem
EQDD: On ne poura jamais se parler si on procède ainsi
EQDD: Tu me reproche mon manque de partage : OK.
EQDD: Mais quand et comment partager ?
EQDD: Il est impératif que nous nous parlions
EQDD: Au sujet de différents projets
EQDD: Et du fichier dans la partie admin
Eric: Est-ce que tu me laisses je droit de prendre mon petit-déjeuner ? A 19h18.
Eric: Tu peux écrire dans le fichier en question.
Eric: Il n'y a aucune urgence
EQDD: Quel droit voudrais je t'enlever ?
Eric: L'urgence, pour moi, c'est que tu me laisses respirer, si tu peux !
Eric: A plus
EQDD: Tout à l'heure il y aura visio en groupe donc impossibilité de parler en privé
Eric: EH BIEN CE SERA PLUS TARD ET VOILA TOUT - Le monde n'est pas suspendu à tes désirs
Eric: làche moi pour aujourd'hui, stp
Eric: Je te demande à nouveau de me laisser tranquille pour le moment. Je le demande
et je l'exige, à titre personnel. On discutera plus tard. Dès que possible. Arrête de me stresser et de m'imposer tes
désirs, STP. Merci. (25/05/2014 19:34)
EQDD: "EH BIEN CE SERA PLUS TARD ET VOILA TOUT - Le monde n'est pas suspendu à tes désirs". Ce type de raisonnement n'appartient pas au champ de l'Autisme ! Je ne remets pas en cause ton Autisme, la teneur de ta réaction m'amène à penser à des troubles "complémentaires" (en plus). Ça doit être ton côté borderline. J'ai une certaine marge de manoeuvre par rapport à certaines formes d'expression de la douleur d'autrui ! C'est probablement dû à l'empathie. Ne traite pas les gens comme tu ne voudrais pas qu'ils te traitent. (25/05/2014 19:56)
EQDD: Tu es là ? (25/05/2014 20:16)
EQDD: Est ce que le ton qui était le tien rentrait dans les "règles" que tu as fixées pour AA ? (25/05/2014 20:24)
EQDD: Salut EQDD: 2 min visio après, je te laisse
Eric: Non. Je me suis énervé parce que tu m'y as poussé, et c'est légitime.
EQDD: Non
EQDD: Qu'ai je fait ?
EQDD: Techniquement, que me reproches tu ?
EQDD: De t'avoir dit la vérité ?
Eric: Je t'ai demandé de me laisser tranquille aujourd'hui et tu ne respectes pas ma demande. C'estout.
EQDD: Te laisser tranquile ?
Eric: C'est du harcelement pur et simple.
EQDD: Si tu es connecté sur Babeltree, c'est normal que les gens désirant te contacter le fasse
Eric: J'ai pas envie de chatter ni de parler avec toi aujourdh'ui, tu comprends ça ou pas ? OUI - NON
EQDD: Avec moi ? PK ? Tu as écris un doc me concernant, je te répondait, c'est tout
Eric: Pour la dernière fois je te redis que tu as insisté suffisamment et méprisé suffisamment mon souhait personnel
légitime, pour que *aujourd'hui* je n'aie plus du tout envie de parler avec *toi*. C'est pas à toi de me dire avec qui je
dois parler ou pas. Est-ce qut comprends que je ne veux pas communiquer avec toi, OUI, ou NON ?
EQDD: D'ailleur, tu m'as supprimés des rédacteurs
EQDD: Et [J.] aussi
EQDD: PK ?
Eric: [J.], toi et [F.] sont dans la liste des editeurs des critques pour Marian, je viens de le vérifier.
EQDD: Je comprends que tu es mal (rupture ?) et ne viendrais plus te parler aujourd'hui.
Eric: Merci. A dans la semaine. Bonne nuit.
EQDD: Note : Je n'ai pas accès au doc
Eric: Et maintenant ?
EQDD: Oui
Eric: Ok désolé.
Eric: BN
EQDD: BN


- quelques remarques :
-- il essaie de me faire culpabiliser parce que j'ai fait l'erreur de m'énerver
-- il invente une histoire de "rupture" (jamais entendu parler de ça, ni avant, ni après) alors que les choses sont pourtant claires : c'est à LUI que je n'avais pas envie de parler (donc aucun rapport avec une rupture ou je ne sais quelle autre faribole)
-- fffeewww quand je relis ça, et que je pense à tout le temps que j'ai perdu avec lui ! au moins un mois complet en mai 2014, et des jours et des jours vers fin 2014 - sans parler de tout le reste (devoir écrire tout ça sur FB, gérer les détresses des victimes etc) - et ça pourrait n'être qu'un début, hélas
----- toute aide sera la bienvenue.................................................................


****************************************
VOILA
Maintenant je pense qu'on devrait moins souvent lire "je ne sais pas ce qu'il y a entre Eric et Marian" (d'ailleurs ce n'est pas entre lui et moi, mais entre luii et les autsites - moi je suis juste celui qui montre).
J'espère vraiment que la situation va s'assainir et que moins de gens tomberont dans sa toile.


Pas le temps de relire, pas le temps de corriger, et cette fois je ne retirerai pas mon texte, ras le bol de toutes ces manipulations.

 

 

-------------------

 

 

Post sur Facebook, 24 juillet 2016 :

PROBLEME MARIAN EQDD - Début des actions.
Facebook a supprimé mes posts dénonçant les agissements de cette personne.
J'ai donc créé un groupe "Victimes de Marian EQDD"
https://www.facebook.com/groups/319302181741676/?fref=ts
et j'invite les personnes concernées à le rejoindre ou à me contacter.
J'espérais ne pas en arriver là aussi vite, et j'ai vraiment autre chose à faire (100000 fois plus intéressantes), mais désolé, la censure ne passera pas.
Chaque fois que ce personnage manipulera ou agira pour museler la liberté d'expression et pour "réécrire l'histoire", je réagirai deux fois plus.
(Si mes nouvelles tentatives sont à nouveau supprimées, j'en publierai 2 fois plus etc, et si besoin j'écrirai un livre, et si besoin à l'étranger, etc.).
Peut-être qu'un jour il finira par comprendre (ce qui est très difficile avec les gens croyant déjà comprendre et savoir).
J'estime que ce n'est pas à moi de "faire la police" dans la communauté (je crois que j'en fais déjà LARGEMENT assez), mais puisque personne ne fait rien et puisque les pouvoirs publics font l'autruche (ce qui n'est pas étonnant quand on voit qu'ils sont capables du coup du camion de Nice), encore une fois on doit se débrouiller seuls.
Je sors donc aujourd'hui un projet que j'avais "dans des cartons", "au cas où" : http://AutisticProtection.org/
Pas le temps d'expliquer ni de l'améliorer pour le moment.
J'invite toutes les personnes ayant eu à pâtir de ce personnage à envoyer leurs témoignages à contact@autisticprotection.org
(De ce personnage, ou d'autres, bien sûr. Les autres manipulateurs paraissent tellement ternes en comparaison, qu'on finit par ne même plus les voir.)
Je pense que la publication de ces témoignages, anonymement (sauf avis opposé), peut servir à maintenir un minimum d'information pour limiter le nombre de futures victimes.
Je sais bien que ça donne une très mauvaise image de ma personne, pas la peine de me le redire, on me l'a déjà bien assez dit.
(Mais vous pouvez, si ça vous chante).
Pendant que beaucoup se contentent de critiquer tout ce qui leur tombe sous la main, d'autres essayent sincèrement de faire ce qu'ils peuvent pour rendre le monde meilleur, au lieu de minablement passer leur temps à soigner l'image de leur petite personne (je dis ça pour Marian).
Autrement dit, si mes avertissements permettent d'éviter le suicide d'une jeune femme, poussée à bout par Marian dans le futur, je m'en ficherai éperdument que le monde entier me traite ou m'ait traité de tous les noms.
Ceux qui ne me comprennent pas et qui croient que ma démarche est une "attaque" personnelle contre Marian, ne le connaissent pas, c'est simple. (et ne me connaissent pas)
Ceux qui l'ont pratiqué suffisamment savent très bien à quel point ce que je dis est vrai.
N'ayez pas peur de me soutenir, c'est le moment.

contact@autisticprotection.org

Ceux qui me connaissent savent qu'ils peuvent me faire confiance : si vous demandez l'anonymat pour la publication, vous l'aurez.

Merci et désolé pour tout ça, mais je ne peux pas accepter tout ce non sens, ces manipulations, cette imposture.

Que tous ceux qui n'aiment pas la vérité se retirent de mes amis au lieu de se plaindre de mes messages, merci.
Ras le bol de tout ce marasme et cette hypocrisie (exploitation des autistes en France, autruchisme et attentats, Marian à la HAS, Marian l'enchanteur embobinant les autistes de plus en plus, etc. : STOP, vomi, caca.)

 

 

contact@autisticprotection.org